AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 frame me up on your wall, just to keep me out of trouble ⊹ (lydia)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


THE KIDS AREN'T ALRIGHT


✰ messages : 61

MessageSujet: frame me up on your wall, just to keep me out of trouble ⊹ (lydia)   Sam 28 Fév - 22:55



lydia katherine fitch

“and he had said 'darling your looks
can kill so now you're dead'”


nom ☆ fitch, d'origine inconnu sur une parfaite inconnue. prénoms ☆lydia en premier lieu, le seul qui apparaît légalement sur ton certificat de naissance à moitié rempli. katherine ensuite, parce que c'est ce nom que tu aimes utiliser ici et là, quand tu te prends pour une autre. âge ☆ vingt-six ans, bientôt vingt-sept. statut civil ☆ en couple, étonnamment, avec ce mec qui te rend folle, et sur le point d'exploser d'un petit garçon que tu n'aurais jamais cru avoir un jour. orientation sexuelle ☆ avant, t'aurais dis n'importe qui qui a des jambes. aujourd'hui, t'es hétérosexuelle. t'es même plutôt portée sur une seule et unique personne. qui l'aurait cru? profession ☆ tueuse à gages, du moins, tu l'étais avant cette petite pause inattendue. tu es aussi à la tête d'un petit réseau de drogues et de trafic d'armes. autrefois, t'étais la pute de première classe. il n'y a pas si longtemps, même. caractère ☆ méfiante ☆ orgueilleuse ☆ sans scrupule ☆ intelligente ☆ bornée ☆ méticuleuse ☆ perfectionniste ☆ curieuse ☆ passionnée ☆ violente ☆ pyromane avatar ☆ mila perfection kunis crédits ☆ at tumblr.
anecdotes ☆ Lydia a été retrouvé dans un parc dans le Maine alors qu'elle n'avait que quelques jours ☆ Elle a été élevée à l'orphelinat et n'a jamais connu ce qu'était de vivre dans une famille d'accueil ☆ Personne n'a jamais voulu d'elle à cause de ses origines inconnues et de son tempérament difficile ☆ Elle était très peu bavarde et faisait peur à la majorité des enfants à l'orphelinat ☆ Il ne fallait pas l'embêter sinon elle pouvait mordre, gifler, grafigner ou voir même frapper ☆ Elle s'est découverte une passion pour le feu alors qu'elle n'avait que huit ans lorsqu'elle a trouvé un paquet d'allumette dans une veste appartenant à un responsable ☆ Elle s'est sauvée de l'orphelinat alors qu'elle n'avait que quinze ans et a appris à se débrouiller par elle-même depuis ☆ Avant de quitter le Maine, elle a fait brûler l'orphelinat où elle a grandi ☆ Malgré le fait que l'incident a été déclaré comme un incendie criminel, ils n'ont jamais retrouvé le coupable ☆ Depuis, Lydia utilise souvent le feu comme moyen de défense et de survie ☆ Elle adore regarder les flammes danser sous ses yeux, les couleurs hypnotissantes ☆ Elle a fait les rues jusqu'à ses vingt ans, les hommes l'a traitant comme une poupée ☆ C'est alors qu'elle était prisonnière d'une situation qui aurait pu mal virer qu'elle a rencontré Adriel Sterling, le mec à qui elle en devra une jusqu'à la fin des temps ☆ C'est lui qui lui a sauvé la vie lors d'une transaction avec un type cinglé et lui qui a réussi à lui décrocher un métier plus valorisant que simple pute ☆ Elle est d'ailleurs excellente dans les trafiques de tout genre puisqu'elle peut jouer parfaitement la petite innocente ☆ C'est aussi à cause d'Adriel qu'elle est venue à Minneapolis ☆ Ils forment une espèce d'équipe dans le crime ☆ Elle est enragée au plus haut point quand Adriel lui refuse de participer dans des crimes impliquant des meurtres ☆ Elle n'a jamais mentionnée au jeune Sterling qu'elle est la cause d'une vingtaine de morts, juste dans l'incendie de son ancien orphelinat ☆ Elle sait lire de peine et misère et ne sait presque pas écrire ☆ Elle vit dangereusement ☆ Elle n'a pas peur de la mort ☆ Elle a souvent l'impression qu'elle n'attend que ça, une fin à son existence ☆ Elle n'est pas dépressive mais n'a jamais compris le pourquoi du comment de son impitoyable existence ☆ Presque personne ne connait son prénom, elle agit plus souvent sous le nom de Fitch ☆ Malgré son expérence en tant que pute, elle adore le sexe ☆ Ça la soulage, ça et frapper ☆ Elle n'a jamais rien connu d'autre qu'une vie de criminelle mais n'a jamais passé une nuit en prison puisqu'elle est incroyablement maligne et sans identité fixe  

--------------------------------------

_________________

    long stretch of love

    You're hit then miss, you're fire and ice, You're water and whiskey burn. We kiss, we fight, make up our mind, You're a blessing and a curse. But I don’t ever wanna break this chain, I don’t ever wanna walk away Cause I ain't ever gonna find another love, Who’ll make me feel this way.


Dernière édition par Lydia Fitch le Dim 1 Mar - 18:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


THE KIDS AREN'T ALRIGHT


✰ messages : 61

MessageSujet: Re: frame me up on your wall, just to keep me out of trouble ⊹ (lydia)   Dim 1 Mar - 18:43

“there's a long stretch of love coming down the line.”
Les plafonds sont bas, le bruit est constant, je déteste cet endroit. Et pourtant, c'est ce que j'ai de plus près d'une maison. Ou du moins, ce que j'avais. Un orphelinat grouillant d'enfants de tous les âges, monstres après monstres, des sourires tristes sur des visages parfois souillés, les malheurs s'empilaient plus rapidement qu'ils ne disparaissaient dans cet endroit. J'étais un malheur qui avait été là de mes débuts jusqu'au moment présent, sans même une chance de m'évader le temps d'une famille d'accueil. Je n'étais pas assez souriante, qu'il disait. Je faisais peur aux parents. Je m'en fichais bien après tout, je ne croyais pas que les choses pouvaient être mieux qu'elle l'était pour moi ici. Mon passé inconnu et mon tempérament faisait de moi la fille dédiée à passer sa vie dans un endroit aussi pourri que celui-là, mais les choses allaient tourné. Ça faisait déjà trois nuits que j'étais partie. Malgré ce qu'ils disaient, malgré ce qu'ils pensaient. Je n'étais pas très loin, endormie sur le banc du même parc où j'avais été retrouvé seize ans auparavant, mais ça ne me faisait rien. Je n'avais pas besoin d'eux. J'étais en criss contre eux plus que je ne l'étais contre cette conne qui donne la vie sans s'en occuper, mais c'est d'un typique tellement désolant que ça vaut même plus la peine de s'y attardé. Je n'avais pas pensé à mes actions, pourtant mon crime était monté à la perfection, comme si mon esprit de vengeance avait été bien plus fort que tout le reste. Je connaissais les faiblesses de cet endroit mieux que n'importe qui, l'ayant déjà rêver brûler plus d'une bonne centaine de fois. Le soulagement que ce serait de voir les flammes sous mes yeux, danser avec toute leur puissance, se laisser aller, détruire sur leur passage ce qu'il y avait de ma misérable enfance. Pour un moment, je regardais ce spectacle dont j'étais la créatrice, en transe devant ce qu'il y avait de plus beau et de plus précieux à mes yeux. Puis j'avais entendu un cri, et un autre. L'immeuble n'était pas vide, je le savais. Mais ce n'était qu'un détail dont j'avais préféré oublier l'existence. Alors que les cris et la panique semblaient s'intensifier dans l'immeuble, j'en profite pour m'éclipser, pour disparaître du décor une bonne fois pour toute. Je ne sais pas combien de temps j'ai marcher, bien au delà des limites de la ville, loin de toutes ces nouvelles concernant un pauvre orphelinat en feu. Une fois assez loin, je commençais à faire du pouce. Pour aller ailleurs, pour aller loin. J'avais rien de plus, de toute façon.


_________________

    long stretch of love

    You're hit then miss, you're fire and ice, You're water and whiskey burn. We kiss, we fight, make up our mind, You're a blessing and a curse. But I don’t ever wanna break this chain, I don’t ever wanna walk away Cause I ain't ever gonna find another love, Who’ll make me feel this way.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


THE KIDS AREN'T ALRIGHT


✰ messages : 61

MessageSujet: Re: frame me up on your wall, just to keep me out of trouble ⊹ (lydia)   Dim 1 Mar - 18:45

«Pleaseeeeeee. Laisse-moi embarquer.» Ça faisait déjà au moins une bonne quinzaine de minutes que je marchais sur le bord de la route 80 et que la seule voiture dans les environs, c'était ce mec avec les multiples identités et les fusils dans son char. On ne pouvait pas dire que j'étais terrorisée, après tout, si j'avais pas chercher à lui voler le quelque peu de fric que je pensais pouvoir trouver, je ne serais pas tombée sur les dites armes Mon seul problème avec la suite des événements, c'est que je ne pourrais pas marcher éternellement, surtout avec son regard qui cri sans cesse qu'il a gagné. Parce que c'est loin d'être la fin de la partie. Le jeu avait si bien commencé pourtant. Une jolie fille de dix-sept ans qui fait du pouce, un beau jeune homme qui commence la vingtaine qui l'embarque. Une baise incroyable à la chambre d'hôtel contre la route où il est prêt à l'amener. Rien de mieux. Et puis j'avais tenté mon coup habituel, alors qu'il était à l'intérieur d'un magasin, j'avais fouillé la voiture, en recherche de tout ce qui se vole plutôt bien, prête à prendre la poudre d'escampette avant que monsieur ne me retrouve. Et puis, les choses s'étaient compliqués lorsque la réalité s'était dessinée sous mes yeux. Peut-être que je n'étais pas la plus cinglée des deux après tout. Et puis, prise la main dans le sac. Son regard avait changé, je le devinais plus hésitant, maintenant que je savais, mais il était embarqué, avait fermé sa gueule puis avait recommencé à rouler. Jusqu'au moment où ça lui tentait plus de rouler. «Come on, on avait du plaisir tous les deux.» Un sourire charmeur apparaît sur mon visage, c'est pratiquement ma seule chance de réussite à l'instant, la séduction. Le besoin est présent parce que sinon, je lui mettrais mon poing à la figure à ce joli petit visage. Il continue de me regarder et j'ai l'impression que la voiture roule encore moins vite, et je me demande si je n'ai pas déjà gagner la bataille. Peut-être se souvient-il de cette baise torride que l'on a partagé il y a même pas vingt-quatre heures et que ça le remet de bonne humeur, au final je m'en fiche. Tant qu'il me laisse remonter. Puis la voiture s'arrête et il ouvre la porte. Sa seule condition : «Tu gardes ta jolie gueule fermée sinon j'te jure que j'ferais pire que te laisser sur le bord du chemin.» Son ton est hautain et froid et si j'étais pas déjà habituée à ce qu'on me parle comme ça, j'en aurais des frissons dans le dos. Mais je sais me tenir, du moins, quand c'est absolument nécessaire. Alors je fais la fille sage, pour une fois. Le trajet est long, mais je demeure silencieuse, la route s'évadant sous mes yeux, me rapprochant toujours un peu plus d'une nouvelle destination. Après quelques heures, on s'arrête de nouveau. Pour faire le vide, pour faire le plein. Cette fois-ci, j'ai pas la chance 'd'attendre dans la voiture', mais c'était pas mon intention de toute façon. J'entends les portes se barrer à côté de moi alors que le mec et son apparence vraiment pas net rentre dans la station service. De mon côté, j'en profite pour estimer mon nouveau trajet, le plus improbable qu'il soit avant de sortir une cigarette et un lighter. J'allume la cigarette, et puis j'allume le char, soudainement. Avec l'essence encore en train de couler dans le réservoir, le feu s'allume immédiatement. J'en prends un plaisir soudain et malsain, mais à partir de ce moment, je sais trop bien que chaque minute compte. Alors je contourne le magasin à la course et défonce la première voiture que j'aperçois. Avec le temps, j'ai appris comment démarrer une voiture sans les clés et je m'empresse de mettre mon savoir de la rue à l'oeuvre. La voiture est presque pleine, un grand avantage, elle me sera utile plus longtemps. Je ne prends même pas la peine de regarder derrière, bien que j'aurais adoré voir la tronche du mec devant son auto enflammée, avec toutes ces identités perdues et des armes à feu sur la scène du crime. Hi-la-rant. Quelle dommage que je ne puisse jamais assister à la fin de mon propre spectacle.

_________________

    long stretch of love

    You're hit then miss, you're fire and ice, You're water and whiskey burn. We kiss, we fight, make up our mind, You're a blessing and a curse. But I don’t ever wanna break this chain, I don’t ever wanna walk away Cause I ain't ever gonna find another love, Who’ll make me feel this way.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: frame me up on your wall, just to keep me out of trouble ⊹ (lydia)   

Revenir en haut Aller en bas
 

frame me up on your wall, just to keep me out of trouble ⊹ (lydia)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Skip Frame
» Comment créer une frame ?
» Probleme d'integration d' i-frame dans l'interface.
» Remplacer explorer frame
» Une frame en haut de son forum

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
the kids aren't alright. :: irresistible-